[ Retour à la page d'accueil | Archives du quotidien ]

SÉLECTIONe
Journal du Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste)
Courriel: bureau@cpcml.ca Site Web: www.pccml.ca

21 avril 2004

13e Séminaire communiste international
à Bruxelles

13e Séminaire communiste international à Bruxelles
Travailleurs et peuples du monde, unissons-nous contre les préparatifs américains d'une troisième guerre mondiale! - Résolution générale du 12e Séminaire communiste international, Bruxelles, 4 mai 2003



13e Séminaire communiste international 
à Bruxelles

Le 13e Séminaire communiste international aura lieu à Bruxelles du 2 au 4 mai avec pour thème: «La stratégie et la tactique de la lutte contre la guerre impérialiste américaine mondiale». Tel que convenu au 12e Séminaire tenu en mai 2003, cette année la rencontre servira à élargir la discussion sur la résolution générale du Séminaire de 2003 intitulée: «Travailleurs et peuples du monde, unissons-nous contre les préparatifs américains d'une troisième guerre mondiale!» (ci-dessous). Une délégation du Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste) y sera.

[LMLQ vol. 34 no. 50]

[Retour]


Travailleurs et peuples du monde,
unissons-nous contre les préparatifs
américains d'une troisième guerre mondiale!
- Résolution générale du 12e Séminaire communiste international,
Bruxelles, 4 mai 2003 -

La guerre d'agression contre l'Irak, lancée le 20 mars 2003 par les impérialistes américains et britanniques, marque un tournant dans l'histoire. Il fait suite au processus contre- révolutionnaire achevé en Union Soviétique par Gorbatchev en 1990. En effet, cette contre-révolution a changé les rapports de force mondiaux au profit de l'impérialisme et principalement de l'impérialisme américain.

L'impérialisme US a violé le système de légalité internationale établi après la victoire de la coalition mondiale contre le fascisme allemand, italien et japonais. L'actuelle Charte de l'Onu est en grande partie le produit de la victoire de l'Union Soviétique sur le gros des armées fascistes. Grâce à cette victoire, l'URSS a pu faire inclure dans la Charte les principes de respect de la souveraineté nationale, de l'indépendance et de l'intégrité territoriale de tous les pays membres.

Aujourd'hui, la grande Union Soviétique socialiste étant complètement détruite, c'est la sauvagerie inhérente au système impérialiste qui s'impose à nouveau au monde entier. Washington a piétiné une première fois la Charte de l'Onu lors de son agression flagrante contre la Yougoslavie. En menant contre l'Irak une guerre d'agression qui viole toutes les règles de droit de l'Onu, les Etats-Unis se sont véritablement profilés comme le seul Etat hors la loi, comme le seul Etat voyou.

Hitler a quitté la Société des Nations en 1934 afin d'avoir les mains libres pour ses guerres de conquête... et Richard Perle, idéologue de Bush, a pu dire récemment qu'il se réjouit de la mort de l'Onu!

L'attentat du 11 septembre 2001 a servi de prétexte pour appliquer à l'échelle planétaire des plans militaires élaborés depuis plusieurs années. Bush a dit le 20 septembre 2001: «Les Américains ne doivent pas s'attendre à une bataille, mais à une longue campagne, à une campagne comme nous n'avons jamais vue.(...). Chaque nation, où qu'elle soit, doit maintenant prendre une décision. Soit vous êtes avec nous, soit vous êtes avec les terroristes».[1]

Bush exige ainsi la soumission de tous les pays du monde en posant comme seule alternative: être du côté de l'hégémonisme américain ou être classé comme terroriste ou sympathisant du terrorisme.

Certains avancent que les guerres d'agressions contre la Yougoslavie, contre l'Afghanistan et contre l'Irak sont les premières salves de la troisième guerre mondiale à laquelle se préparent les Etats-Unis. Fidel Castro, prenant la parole le 1er mai 2003, a déclaré que Bush a développé «la conception d'une dictature militaire mondiale sous l'égide de la force brutale, sans loi, ni institutions internationales (...). Le monde commence à être régi par des méthodes et des conceptions nazies.»

En effet, l'agression contre l'Irak a des répercussions mondiales. Washington a mené cette guerre non seulement pour imposer le monopole américain sur le pétrole irakien, mais aussi pour intimider et soumettre l'Arabie Saoudite, premier producteur pétrolier, et pour transformer l'Irak en une base pour les guerres futures contre l'Iran et la Syrie. Bush a également lancé cette agression pour pouvoir liquider la résistance palestinienne, l'avant-garde de toutes les masses arabes contre l'impérialisme, afin de dominer intégralement toute la région stratégique du Moyen-Orient. La guerre contre l'Irak est aussi, indirectement, une guerre contre la France et la Russie, les plus grands acheteurs du pétrole irakien.

Les guerres américaines d'agression contre la Yougoslavie et contre l'Afghanistan visaient à permettre aux Etats-Unis de mettre la main sur les réserves pétrolières et les richesses minérales fabuleuses de la Mer Caspienne et de l'Asie centrale. Ces deux guerres annoncent clairement les intentions hostiles des Etats-Unis à l'égard de la Russie.

La guerre contre l'Irak comme celle contre l'Afghanistan, visait également à dénier à la Chine l'accès au pétrole du Moyen- Orient et de l'Asie centrale: c'est déjà un prélude à la guerre des Etats-Unis contre la République Populaire de Chine.

De la mondialisation de la crise économique à la guerre mondiale...

Ces vingt dernières années, nous assistons à des vagues gigantesques de concentrations de capitaux à l'échelle mondiale. A l'heure actuelle, une dizaine de multinationales contrôlent les différents secteurs de l'économie mondiale. Partout, elles intensifient l'exploitation, réduisent le nombre de travailleurs tandis qu'elles augmentent de façon phénoménale la productivité. La surproduction est devenue un phénomène généralisé.

Les deux cents multinationales industrielles les plus importantes sur la planète représentent 25% de la valeur manufacturière mondiale. Quelques milliers de multinationales (sur un total de 65.000) possèdent l'essentiel des moyens de production du monde capitaliste et les font tourner dans le seul but d'offrir le maximum de bénéfices aux actionnaires. La grande majorité de la population mondiale est maintenue en dehors de la production industrielle moderne, les ouvriers et les autres travailleurs sont surexploités et peu payés.

Ainsi s'exprime la contradiction fondamentale insoluble du système capitaliste: la contradiction entre une capacité de production apparemment sans limites et des marchés qui se rétrécissent. Cette contradiction mène inévitablement à des crises qui secouent les fondements du système impérialiste et à des guerres mondiales. Cette contradiction place dans une opposition irréconciliable une infime minorité qui possède et contrôle des moyens de production gigantesques et l'écrasante majorité des plus de six milliards d'hommes qui vivent sur la planète.

Malgré toutes les prétendues conquêtes réalisées grâce à la mondialisation néo-libérale, les Etats-Unis se trouvent confrontés à la plus grande crise de leur histoire. Ils ont une dette globale (intérieure et extérieure) de 20.000 milliards de dollars, presque deux fois leur produit intérieur brut.

Les actions en bourses restent surévaluées et de nouveaux effondrements sont inévitables. Ainsi le rapport entre le bénéfice moyen par action et le prix moyen de cette action (earnings price ratio) était de 2,95% en 2001, alors qu'il atteignait 13,46% en 1979.

L'Union Européenne a constitué un bloc impérialiste qui peut rivaliser dans le domaine économique et financier avec les Etats- Unis. En 2001, le produit intérieur brut de l'Union était de 8.000 milliards de dollars, contre 10.000 milliards de dollars pour les USA. Il faut aussi rappeler que la place financière de Londres est aussi importante que les places financières américaines: New York, Chicago...

L'euro menace le dollar, qui est actuellement la seule monnaie de réserve internationale. Le glissement d'une partie importante des réserves mondiales de dollars en euros provoquerait un tremblement de terre économique. La même chose se produira si le paiement du pétrole se faisait non seulement en dollars, mais également en euros.

En 2010, les dix Etats de l'ASEAN (pays du sud-est asiatique) et la Chine sont appelés à former le plus grand marché commun de la planète. Ce sera un coup dur pour l'économie américaine.

Ce sont les lois inhérentes au capitalisme monopoliste qui poussent les Etats-Unis inexorablement vers la guerre à l'échelle mondiale.

En vingt ans de mondialisation néo-libérale, pratiquement toutes les échappatoires à la crise ont été épuisées. Le tiers monde est couvert par 2.500 milliards de dollars de dettes. Grâce aux privatisations, les multinationales se sont emparé de la plupart des richesses et des entreprises du tiers monde et des autres pays dominés. Les multinationales se sont également emparé de la plupart des marchés du monde grâce à la libéralisation économique. La mondialisation de la domination économique des multinationales a conduit à une impasse globale.

L'équipe Bush est arrivée au pouvoir sans être élue de façon régulière, grâce à un «coup d'Etat» voulu par les multinationales du pétrole, de l'armement et de l'aéronautique. Ces trois blocs de monopoles se sont engagés dans une politique de guerre à l'échelle planétaire.

La superpuissance américaine mise maintenant prioritairement sur la «mondialisation militaire», sur sa supériorité militaire écrasante, pour sauver ses multinationales au détriment du monde entier.

Les multinationales américaines s'engagent aujourd'hui dans la seule voie qui reste au capitalisme chaque fois qu'il fait face à une crise économique insoluble: la voie de la guerre mondiale en «relançant» l'économie par la production massive d'armes. Dans le but d'écraser des rivaux, de s'emparer des matières premières et des marchés...

1945: lorsque les Etats-Unis reprenaient le combat de l'Allemagne hitlérienne...

Pour bien comprendre la portée des agressions américaines contre la Yougoslavie, l'Afghanistan et l'Irak, il faut les placer dans une perspective historique.

Immédiatement après la défaite des puissances fascistes en 1945, Washington a repris le rêve de domination mondiale de Hitler. En 1945-53, les Etats-Unis ont tenté d'instaurer leur hégémonie en préparant la troisième guerre mondiale contre la Corée, la Chine et l'Union soviétique. Mais à cette époque, la force du camp socialiste a pu mettre en échec les plans de guerre américains. La dégénérescence idéologique et politique de l'Union soviétique depuis 1953 a conduit à la contre-révolution intégrale en 1990. Depuis lors, l'hégémonisme américain a repris son orientation vers la domination mondiale conçue en 1945.

Robert Murphy, le conseiller du gouverneur militaire américain en Allemagne, a écrit en 1945: «Le général Patton voulait réarmer deux divisions de Waffen SS pour les incorporer dans la 3e armée américaine et pour les diriger contre les Rouges. Il me dit: "Nous pouvons repousser l'armée rouge en Russie. Avec mes Allemands, nous sommes capables de le faire." Patton disait qu'il se faisait fort d'arriver en trente jours à Moscou.»

Plusieurs milliers d'anciens nazis ont été accueillis aux Etats-Unis à partir de 1944 pour être utilisés contre l'Union Soviétique[2].

Des milliers d'officiers et de savants nippons, spécialistes des armes biologiques, chimiques et bactériologiques ont été engagés par l'armée américaine. Le général MacArthur les a utilisés lors de la guerre d'agression contre la Corée en 1950- 53.

Dès 1945, les Etats-Unis ont repris la place et le rôle de l'Allemagne hitlérienne comme puissance impérialiste la plus agressive et la plus belliciste.

Les Américains ont utilisé la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki sans aucune utilité militaire: l'armée japonaise avait été écrasée en Chine par l'armée soviétique. Hiroshima et Nagasaki étaient essentiellement un crime gratuit pour faire du chantage nucléaire contre l'Union soviétique. Le maréchal anglais Alan Brooke a révélé que «Churchill se voyait déjà capable d'éliminer les centres industriels de l'Union soviétique». C'est ainsi qu'a commencé la guerre froide.

L'URSS a répondu à ces préparatifs de guerre en intensifiant les recherches en énergie nucléaire et en technologie des missiles, ce qui a permis de rompre le monopole de l'armement nucléaire américain. Simultanément, l'URSS a consacré beaucoup de forces à la création de l'aviation à réaction, les fameux Migs.[3]

Mais la victoire de la grande révolution chinoise, le 1er octobre 1949, a déplacé le front de lutte vers l'Asie du Sud- Est.[4] L'agression américaine en Corée a commencé le 25 juillet 1950. L'impérialisme américain a réussi à obtenir de l'Onu qu'elle désigne comme agresseur la République populaire démocratique de Corée (RPDC). Les Etats-Unis ont envoyé en Corée des troupes sous le commandement du général Mac Arthur. Le 23 octobre, il s'est emparé de Pyongyang.

Mais la résistance de l'Armée populaire coréenne a été farouche et a ébranlé les agresseurs. Le 30 novembre, Truman déclarait: «Il y a toujours une prise en considération effective de l'utilisation de l'arme nucléaire». Cependant, il a rencontré une vive résistance de la part de ses alliés.

Le 24 décembre 1950, Mac Arthur proposé une liste de cibles en Chine et en RPDC nécessitant 26 bombes nucléaires. Le 24 mars 1951, il a exigé à nouveau de pouvoir utiliser l'arme atomique, mais a obtenu en retour son limogeage comme haut commandant des troupes de l'Onu... Le 19 mai 1953, les chefs d'état-major américains ont encore une fois recommandé l'utilisation de l'arme nucléaire tandis que le Conseil National de Sécurité appuyait cette recommandation...

L'agression américaine a coûté, selon certaines estimations, trois millions de vies coréennes. Mais la résistance dirigée par le Parti du Travail de Corée et le camarade Kim Il Sung a triomphé. Une résistance soutenue par la Chine socialiste et par l'Union Soviétique. C'est aussi contre l'agression américaine en Corée que s'est développé, sous la direction du Conseil Mondial pour la Paix, le plus grand mouvement pour la paix que le monde a connu. Cinq cents millions de personnes ont signé l'Appel de Stockholm demandant entre autres l'interdiction des armes atomiques et le désarmement général.

Les agresseurs américains n'ont pu vaincre les armées coréennes et chinoises. Ils ont dû renoncer à leur plan de guerre mondiale visant à éliminer le socialisme en Corée, puis en Chine et ensuite en Union soviétique. On a assisté à une victoire de l'internationalisme, une victoire de l'unité de tous les communistes, de toutes les forces anti-impérialistes et de tous les partisans de la paix à l'échelle du monde.

Au moment de l'agression américaine contre la Corée, l'Union soviétique a fait une déclaration qui prend un sens nouveau aujourd'hui, 53 ans plus tard: «Si les impérialistes déclenchent une troisième guerre mondiale, cette guerre sera le tombeau, non seulement d'Etats capitalistes isolés, mais du capitalisme mondial tout entier».

Combattons les préparatifs US pour une troisième guerre mondiale

Sous Bush junior, Cheney, Rumsfeld, Wolfowitz et Armitage et d'autres forces les plus réactionnaires, les plus répressives, les plus expansionnistes et les plus bellicistes de la bourgeoisie américaine ont pris le pouvoir. Les Etats-Unis ont à nouveau pris la voie du fascisme et de l'agression à l'échelle planétaire, comme ils l'ont fait en 1948-53...

La bourgeoisie allemande a instauré le fascisme pour écraser le puissant mouvement communiste et révolutionnaire allemand et pour combattre des rivaux impérialistes plus forts comme la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis.

Aujourd'hui, les Etats-Unis sont la seule puissance hégémonique dont les forces armées sont présentes dans le monde entier. Bush instaure le fascisme de type américain pour renforcer son hégémonie mondiale déjà établie et pour combattre militairement tout rival potentiel sur n'importe quel continent...

Dans le domaine de la politique intérieur, Bush s'attaque à tous les droits démocratiques qui peuvent freiner sa politique de guerre à l'échelle mondiale. Aux Etats-Unis, pour la première fois dans l'histoire, un ministère spécial centralisera toute la «défense intérieure», c'est-à-dire tout l'appareil de répression. Le Homeland Security Office aura 170.000 employés et un budget de 37 milliards dollars. Les employés n'auront pas de droits syndicaux.

Un analyste américain a écrit: «Depuis que l'administration Bush est arrivée au pouvoir, elle a évolué vers une dictature présidentielle qui mène des guerres à l'extérieur en les accompagnant de répression intérieure et d'attaques contre les droits démocratiques. Nous n'avons rien vu qui est pareil à ces nouvelles lois depuis l'Allemagne nazie. La loi Homeland Security donne au président des pouvoirs dictatoriaux complets: il peut prendre n'importe quelle décision, sans être limité par le pouvoir judiciaire et législatif. L'exécutif peut maintenant faire des réunions en secret, sans aucune forme d'information ».

Des non-Américains suspectés d'être des terroristes ou simplement de soutenir des terroristes peuvent être jugés devant des tribunaux militaires secrets. Leur jugement ne peut pas être revu par d'autres tribunaux.

Le «Patriot Act» justifie l'utilisation de la torture contre toute personne suspecte d'avoir connaissance d'activités terroristes! Les Etats-Unis ont avoué avoir torturé les suspects amenés d'Afghanistan à la base US de Guantanamo, sur le sol cubain...

Bush a résolument opté pour une politique de guerre à l'échelle mondiale pour sauver le capitalisme américain de la grave crise qui le traverse.

Paul Wolfowitz, actuellement secrétaire adjoint à la Défense, écrivait déjà en 1992, juste après la contre-révolution en Union soviétique: «Les Etats-Unis doivent s'appuyer sur leur écrasante supériorité militaire et l'utiliser préventivement et unilatéralement. Notre premier objectif est d'empêcher qu'émerge une nouvelle fois un rival. Il s'agit d'une considération primordiale, la base d'une nouvelle stratégie de défense. Elle requiert que nous nous efforçions à empêcher toute puissance hostile de dominer une région dont le contrôle ferme suffirait à générer une force globale. Ces régions englobent l'Europe de l'Ouest, l'Asie de l'Est, le territoire de l'ancienne Union Soviétique et l'Asie du Sud-Est.» En clair: la Russie, la Chine, l'Inde et, dans une certaine mesure, l'Union Européenne, sont des ennemis potentiels qui peuvent subir des «guerres préventives» de la part des Etats-Unis.

Dans le rapport au Congrès sur la stratégie mondiale de son administration, Bush a indiqué: «Nous sommes attentifs à la possibilité de revoir surgir les anciennes formes de compétition entre grandes puissances. Il y a plusieurs grandes puissances potentielles, surtout la Russie, l'Inde et la Chine.»[5]

Ainsi on peut dire que l'impérialisme américain prépare une nouvelle guerre à l'échelle mondiale et qu'il a déjà clairement indiqué les cibles.

Les Etats-Unis veulent introduire d'une façon ou d'une autre leur armée dans une centaine de pays sous prétexte de combattre le terrorisme. En réalité, il s'agit de réaliser les préparatifs nécessaires pour la troisième guerre mondiale. Bush a déclaré le 1er juin 2002 à l'Académie militaire de West Point: «Notre sécurité exigera une armée prête à frapper d'un instant à l'autre dans n'importe quel coin obscur du monde. Et notre sécurité exigera de tous les Américains prévoyants et résolus, d'être prêts, si nécessaire, à des actions préventives pour défendre notre liberté et nos vies. Nous devons découvrir des cellules terroristes dans soixante pays ou plus... Nous devons nous opposer à la prolifération et entrer en confrontation avec les régimes qui sponsorisent la terreur. Nous allons vous envoyez, vous nos soldats, où on a besoin de vous.»[6]

Les guerres contre l'Irak, la Yougoslavie et l'Afghanistan ont eu entre autres comme but de créer un réseau de bases militaires. L'acquisition de bases est un des préparatifs essentiels pour la préparation d'une guerre mondiale. Bush a dit en décembre 2002 dans The National Security Strategy: «Les Etats-Unis auront besoin non seulement de bases et d'infrastructures en Europe occidentale, en Asie du Nord-Est et au-delà, mais aussi d'accords d'accès temporaires pour les déploiements à longue distance des forces américaines. Avant la guerre en Afghanistan, cette région était en bas de la liste des grandes éventualités à planifier. Nous devons être préparés à un plus grand nombre de déploiements semblables».

L'Asie, où se situent deux puissances capables de tenir tête à l'hégémonisme américain, la Chine et l'Inde, est la cible principale de l'impérialisme américain. Les Américains auront des difficultés pour y mener de grandes guerres d'agression à cause des longues distances, de l'absence de bases américaines dans la région et de l'absence d'infrastructures. Dès lors, l'impérialisme américain met tout en uvre pour reprendre les bases militaires aux Philippines qu'ils ont dû abandonner dans le passé. Ceci explique pourquoi l'impérialisme américain qualifie le Parti Communiste des Philippines, qui se bat pour l'indépendance total du pays, de formation «terroriste»...

Pour bloquer les préparatifs de guerre américains et préserver la paix mondiale, les peuples du monde exigent le retrait des troupes d'occupation américaines des Balkans, de l'Afghanistan et de l'Irak, la dissolution de l'Otan et le démantèlement de toutes les bases militaires américaines à l'étranger.

Pour combattre les préparatifs de guerre mondiale, toutes les forces communistes, révolutionnaires et démocratiques doivent s'engager dans la défense de deux des pays les plus directement menacés: la République Populaire Démocratique de Corée et la République de Cuba.

La Corée vit depuis la fin de la guerre en 1953 sous le régime de l'armistice. Il n'y a jamais eu d'accord de paix. L'écrasante majorité du peuple coréen, aussi bien dans la partie Sud que Nord, exige la conclusion d'un accord de paix et d'un pacte de non-agression, la fermeture des bases américaines, la dénucléarisation de l'ensemble de la péninsule dont toutes les armes nucléaires doivent être bannies et la réunification pacifique de la Corée. Empêcher l'agression de la RPDC est essentiel pour sauver la paix mondiale: la Corée occupée, l'hégémonisme américain se lancerait dans les préparatifs pour la guerre avec la Chine.

Cuba, qui a réduit la mortalité infantile de 60 décès pour 1.000 naissances à 6 et qui a élevé l'espérance de vie de quinze ans en moyenne, a été rangé par Bush parmi les pays favorisant le terrorisme! Or, depuis 1960, c'est bien Cuba qui a subi 700 attaques terroristes de la part de l'impérialisme américain, attaques qui ont fait 3.478 morts et 2.099 handicapés... Quand Cuba prend des mesures de légitime défense face aux plans agressifs publiquement affichés par la puissance hégémonique, cette dernière se lance dans une nouvelle opération de guerre politique en prétendant que Cuba viole les «droits de l'homme». Ainsi, les «droits de l'homme» deviennent une arme psychologique supplémentaire des Etats-Unis pour préparer leurs guerres d'agressions...

Défendre Cuba, c'est défendre le flambeau de l'indépendance, de l'anti-impérialisme et du socialisme que représente Cuba pour toute l'Amérique Latine. C'est défendre la Colombie, le Brésil et le Venezuela contre les interventions militaires et les complots américains. C'est encourager la résistance contre la recolonisation économique de l'Amérique Latine qui a pour nom l'Alca (Zone de libre-échange des Amériques).

Dans le cadre de ses préparatifs à une troisième guerre mondiale, l'impérialisme américain mène des offensives pour s'emparer des immenses richesses du sous-sol africain. La guerre d'agression contre la République démocratique du Congo, dans laquelle les Etats-Unis ont engagé leurs sous-traitants rwandais et ougandais, a coûté la vie à plus de quatre millions de personnes. L'enjeu est le potentiel hydroélectrique, l'eau douce, les réserves pétrolières, le cobalt, le coltan, le cuivre, le diamant, l'or, etc. de cet immense pays. Les Etats-Unis veulent contrôler le pétrole de l'Afrique occidentale et centrale et construire une grande base militaire sur l'île de Sao Tome. Le combat pour l'indépendance totale de l'Afrique est en même temps un combat pour la paix.

Nous affirmons notre solidarité avec toutes les masses populaires aux Etats-Unis qui sont elles-mêmes victimes de l'exploitation par les monopoles capitalistes, de la régression sociale et de la répression. Nous affirmons notre solidarité avec toutes les forces démocratiques et anti-impérialistes aux Etats- Unis et particulièrement avec toutes les forces anti-guerre, qui, dans toutes les communautés, dénoncent et combattent la politique de domination mondiale de l'administration Bush.

Mobilisons-nous contre la menace d'une guerre nucléaire déclenchée par les Etats-Unis!

La superpuissance américaine est capable de détruire le monde entier au moins vingt fois avec ses armes nucléaires, chimiques et bactériologiques. Nous avons vu cette force militaire gigantesque s'acharner contre l'Irak, un petit pays du tiers monde de 22 millions d'habitants, à qui elle a interdit de disposer de la moindre arme de «destruction massive».

Hitler lui-même n'a jamais pu exiger et obtenir le désarmement de l'Autriche, de la Tchécoslovaquie, de la Yougoslavie petits pays qu'il comptait agresser.

Pour la première fois depuis 1953, l'impérialisme américain a osé affirmer publiquement, lors des préparatifs de l'attaque contre l'Irak, qu'il envisageait toutes les options, y compris le recours aux armes nucléaires! Et cela contre un pays qui ne possédait pas la moindre arme nucléaire et qui avait été complètement désarmé. Alors qu'au même moment, Israël a acquis quelque 300 têtes nucléaires avec la coopération des Etats- Unis!

Le gouvernement Bush a développé la théorie fasciste d'attaques nucléaires «préventives» en mentionnant nommément comme cibles possibles l'Irak, la Corée du Nord, la Chine, la Russie et quelques autres pays.

En mars 2003, les Etats-Unis et les troupes sud-coréennes ont mené deux exercices d'envergure qui ont mobilisé 200.000 soldats américains et sud-coréens. Six avions furtifs Stealth F- 115 et un escadron de F-15 ont effectué 220 sorties d'espionnage et d'entraînement à l'attaque de cibles déterminées en RPDC. Bush a élaboré des plans détaillés pour bombarder les installations nucléaires de la RPDC de Yongbyon...

La menace d'une guerre nucléaire mondiale n'a jamais été aussi grave!

Le 6 août 1950, le Rassemblement pour la Paix, qui eut lieu à Hiroshima, lança une campagne mondiale contre la production, la détention et l'usage des armes nucléaires, pour leur interdiction.

Le mouvement pour la Paix et contre les armes nucléaires, liés aux pays socialistes et aux peuples du tiers monde en lutte pour leur indépendance, ont empêché l'impérialisme américain de recourir à l'arme nucléaire lors de ses guerres d'agression.

La contre-révolution en Union Soviétique a démobilisé le mouvement pacifiste: c'était la fameuse «fin de l'histoire», le monde entier allait recevoir des «dividendes de la paix». Mais aujourd'hui, les peuples découvrent que c'est bel et bien la seule superpuissance américaine qui menace la planète entière de destruction nucléaire.

Aucun homme sensé ne peut accepter la situation actuelle dans laquelle l'impérialisme américain, fort d'environ 10.000 têtes nucléaires, peut menacer des petits pays comme la Corée du Nord ou l'Iran, suspectés de vouloir produire quelques armes nucléaires. Où est-il écrit dans la Charte des Nations Unies qu'une puissance peut tout se permettre elle-même et tout interdire aux autres?

Avant que Bush n'ose utiliser la bombe nucléaire, il faut relancer le mouvement mondial pour le désarmement nucléaire.

Les puissances nucléaires doivent prendre l'engagement de ne jamais utiliser les armes nucléaires contre un pays non nucléaire. Elles doivent prendre l'engagement de ne jamais utiliser en premier les armes nucléaires. Sous le contrôle de l'Onu, il faut organiser le désarmement nucléaire total, à commencer par le pays qui en possède le plus et en venir ainsi au désarmement nucléaire total et simultané de tous les pays nucléaires.

Peuples du monde entier, unissez-vous contre l'ennemi numéro un: l'hégémonisme US!

Nous sommes toujours à l'époque de l'impérialisme et la révolution socialiste est toujours la seule voie pour liquider définitivement le capitalisme, l'exploitation et la domination dans le monde entier.

La mondialisation que nous connaissons aujourd'hui n'est rien d'autre qu'une accentuation de toutes les contradictions du capitalisme et l'extension de celles-ci à presque toute la planète.

La nouvelle phase de la crise du capitalisme oblige toutes les multinationales et les grands capitalistes à intensifier l'exploitation, à diminuer les salaires, à imposer la régression sociale, à intensifier l'espionnage des travailleurs ainsi que la répression et la fascisation.

Dans tous les pays capitalistes, les communistes doivent organiser les ouvriers et les travailleurs pour la lutte contre leurs exploiteurs et oppresseurs et pour le soutien aux peuples en lutte contre le néocolonialisme.

La mondialisation impérialiste menace l'indépendance de tous les pays de l'Asie, de l'Amérique Latine et de l'Afrique et même de certains anciens pays socialistes. Les dettes extérieures, les privatisations, la libéralisation des marchés intérieurs, la tutelle du FMI et de la Banque mondiale rendent fictive l'indépendance de beaucoup de pays.

Dans tous les pays dominés, la conquête de l'indépendance politique et économique, de l'intégrité territoriale et de la souveraineté nationale est la tâche révolutionnaire primordiale.

Aujourd'hui, l'impérialisme américain veut imposer son hégémonie au monde entier par les armes. Il a pris la voie de la guerre à l'échelle planétaire et est devenu l'ennemi numéro un de tous les peuples du monde.

Après l'arrivée au pouvoir de Hitler, c'est l'axe fasciste dirigé par l'Allemagne nazie qui constituait l'ennemi principal des peuples. L'Union soviétique a proposé à l'Angleterre et à la France une alliance de sécurité collective contre l'axe fasciste belliciste.

En 1936, Palme Dutt notait que la France et l'Angleterre ne se sont pas orientées vers de grandes guerres d'agression, tandis que les puissances fascistes «ont complètement réalisé l'organisation de l'Etat pour la guerre. C'est contre cette offensive de guerre la plus menaçante à l'heure actuelle, que le combat principal doit être dirigé. [...] Les forces qui se battent pour la paix peuvent utiliser ces contradictions [entre Etats impérialistes] dans le but de placer des obstacles sur la route qui mène à la guerre. [...] La classe ouvrière doit utiliser, comme Lénine l'a souligné maintes fois, chaque différence, même petite, dans le camp de la bourgeoisie dans le but de faire avancer ses objectifs dans une situation tactique donnée».

Mais lorsque Londres et Paris ont tenté en 1939 de détourner le monstre fasciste sur l'URSS, Staline a conclu le Pacte germano-soviétique. Celui-ci a permis à l'Union Soviétique d'intensifier ses préparatifs de défense pendant vingt mois et de créer les conditions pour une réelle alliance antifasciste mondiale.

La victoire de 1944-45 sur l'ennemi principal des peuples a permis de grandes avancées dans la lutte pour l'indépendance et pour le socialisme.

Cependant immédiatement après la défaite des puissances fascistes, les impérialismes américain et britannique sont devenus l'ennemi principal des peuples, en reprenant le projet de l'Allemagne hitlérienne de destruction des pays socialistes et de domination mondiale.

Aujourd'hui, toutes les puissances impérialistes s'arment pour des interventions extérieures. Mais seuls les Etats-Unis ont un budget militaire de guerre mondiale atteignant les 400 milliards de dollars, à comparer aux 65 milliards de la Russie (16,3% des Etats-Unis), aux 47 milliards de la Chine (11,9%), aux 29,5 milliards de la France (7,4%), aux 25 milliards de l'Allemagne (6,25%). Seuls les Etats-Unis élargissent leurs interventions militaires dans tous les continents, se préparent à des guerres d'agression dans le monde entier et sont prêts à utiliser leurs armes nucléaires dans une guerre mondiale à venir.

Les communistes sont les défenseurs les plus fermes des intérêts fondamentaux de l'humanité. Ils doivent être à l'avant- garde pour mobiliser les masses populaires et tous les hommes de paix contre le principal danger qui les menace. Ce sont uniquement les Etats-Unis qui se préparent à une nouvelle guerre mondiale et à une guerre nucléaire, et cela dans le but d'élargir et d'intensifier leur hégémonie sur la planète.

Le Parti communiste et le Front contre l'impérialisme et contre le danger d'une troisième guerre mondiale

L'histoire de la grande guerre anti-fasciste a montré que le rôle dirigeant des partis communistes qui sont fidèles au marxisme-léninisme et à l'internationalisme prolétarien est crucial pour arracher la victoire.

Aujourd'hui aussi, les communistes de chaque pays, les communistes du monde entier ont le devoir de diriger les masses populaires et le large front uni contre la menace d'une troisième guerre mondiale que constitue le fascisme à la Bush.

Aujourd'hui, notre première tâche est d' uvrer pour l'unité de tous les communistes au niveau de chaque pays et au niveau international. Pour y arriver, Lénine nous enseigne qu'il faut mener une lutte de principe contre le révisionnisme et l'opportunisme de droite, contre l'union en dehors des principes fondamentaux du marxisme-léninisme. Lénine nous apprends également qu'il faut mener une lutte de principe contre le gauchisme et le sectarisme, contre le maintien de la division entre les groupes communistes en l'absence d'antagonismes fondamentaux.

Des divergences, et même des divergences graves, peuvent exister au sein du Parti communiste unifié d'un pays. Les communistes ont des armes qui ont fait leurs preuves pour résoudre les divergences, comme le centralisme démocratique, la discipline communiste, la critique et l'autocritique, la ligne de masse, l'engagement dans les luttes révolutionnaires et les bilans de l'expérience acquise.

Notre seconde tâche est d'établir l'alliance la plus large entre les forces communistes et toutes les forces anti-guerre et anti-impérialistes et cela dans chaque pays et au niveau international.

Le processus contre-révolutionnaire, qui a débuté en Union Soviétique en 1953, a été achevé en 1990. Depuis lors, toutes les puissances impérialistes ont prouvé de quoi elles sont capables. Elles n'ont apporté qu'une aggravation continue du chômage, de l'augmentation du coût de la vie, de la régression sociale, du racisme, de la terreur policière, des baisses de salaires, des agressions comme en Somalie, en Yougoslavie, en Afghanistan et en Irak, et des génocides comme au Rwanda et au Congo...

Les dizaines de millions de militants contre la mondialisation s'opposent essentiellement à la domination des puissances impérialistes et aux guerres d'agression qu'elles organisent.

Pour se développer sainement, les partis communistes doivent prendre leurs responsabilités dans les justes luttes des masses qui marquent leur époque. Les communistes authentiques intègrent les idées marxistes-léninistes dans les mouvements de protestation contre l'ordre établi que les masses populaires développent. Aussi confus et contradictoires que soient ces mouvements, c'est aux communistes d'y apporter la lumière du marxisme-léninisme sous des formes appropriées.

Notre troisième tâche est de renforcer et d'orienter le grand front uni mondial contre l'ennemi n°1 des peuples, l'impérialisme américain, front qui se développe à une échelle jamais vue dans l'histoire. Ce front contre l'hégémonisme américain et ses préparatifs d'une guerre mondiale est plus large, plus puissant et plus international que le front qui s'est constitué en 1938 contre l'axe fasciste Berlin-Tokyo-Rome.

Un mouvement anti-guerre et anti-hégémoniste sans pareil dans l'histoire se développe contre le fascisme à la Bush et contre ses plans délirants d'une guerre mondiale pour établir un Reich américain de 1.000 ans. Il est essentiel de renforcer et d'élargir l'unité des forces populaires dans le combat pour la paix, et cela dans tous les pays. Tous les calculs sur la paix basés sur la confiance dans les actions des gouvernements impérialistes sont voués à l'échec.

Pour construire le front contre l'hégémonisme américain et ses préparatifs d'une troisième guerre mondiale, les communistes et les peuples opprimé doivent exploiter les contradictions entre les impérialistes, ils doivent distinguer l'ennemi principal et les ennemis secondaires, ils doivent concentrer le feu sur l'ennemi principal et gagner des forces aussi larges que possible pour chaque combat.

Il est indéniable que l'impérialisme européen exploite les pays dominés et y intervient militairement pour défendre ses intérêts néocoloniaux.

Mais l'impérialisme européen ne se prépare pas à des guerres à l'échelle mondiale contre la Russie ou contre la Chine.

L'Otan reste le cadre dans lequel l'hégémonisme américain garde un contrôle sur l'Europe. La guerre contre l'Irak a montré les divisions de l'Union Européenne, les forces les plus réactionnaires, pro-américaines, ayant soutenu la guerre d'agression. A mesure que la crise s'approfondit, les conflits économiques entre l'hégémonisme américain et l'impérialisme européen s'aiguiseront nécessairement.

Ces conflits peuvent être utilisés pour renforcer et élargir la mobilisation populaire contre le danger principal qui menace le monde: la politique de guerre à l'échelle mondiale de l'hégémonisme américain. Cette mobilisation permettra également d'éveiller la conscience populaire à l'ensemble des problèmes posés par l'impérialisme.

Les révolutionnaires concentrent leurs coups sur l'ennemi principal, pour vaincre l'impérialisme le plus fort, le plus dangereux, le plus belliciste. Ainsi, ils font le maximum pour affaiblir sérieusement l'ensemble du système impérialiste.

C'est étape par étape que les communistes du monde entier vont faire avancer l' uvre commencée en 1848 par Karl Marx, et cela jusqu'à la victoire du socialisme dans le monde entier.

Travailleurs et peuples du monde, unissez-vous contre l'ennemi numéro un: l'hégémonisme US!
Travailleurs et peuples du monde, unissez-vous contre les préparatifs US d'une troisième guerre mondiale!
Retrait des troupes d'occupation US des Balkans, de l'Afghanistan et de l'Irak.
Démantèlement de toutes les bases militaires US à l'étranger.
Dissolution du pacte agressif de l'Otan.
Retrait des bases US de Corée, dénucléarisation de toute la péninsule coréenne, réunification pacifique de la Corée.
Halte aux complots US de déstabilisation de Cuba, halte aux préparatifs à l'agression militaire contre Cuba
Engagement des puissances nucléaires à ne jamais utiliser le premier des armes nucléaires. 
Sous le contrôle de l'Onu, désarmement nucléaire total, à commencer par le pays qui en possède le plus, pour arriver au désarmement nucléaire total et simultané de tous les pays nucléaires.
Solidarité avec toutes les forces démocratiques et anti- impérialistes aux Etats-Unis.

Notes

1. G.W. Bush: Address to a Joint Session of Congress and the American People, 20 september 2001, http://whitehouse.gov/news/releases/2001/09/20010920-8.html#

2. Le général nazi Gehlen fut pendant la guerre le chef de l'espionnage nazi en Union soviétique. En mai 45, il s'est rendu aux Américains. Par les accords entre alliés, les Américains devaient remettre Gehlen, un des principaux criminels de guerre, aux Soviétiques. Mais clandestinement les Américains l'ont transféré aux Etats-Unis où il a négocié avec Allan Dulles lui- même, le chef des services secrets. Un accord fut conclu: Gehlen transféra toutes ses archives sur l'Union Soviétique aux Etats- Unis et il réactiva ses réseaux d'anciens nazis en Union soviétique sous la direction des Etats-Unis. Gehlen, devenu peu après le premier chef du service de renseignement de la République Fédérale d'Allemagne (RFA), a simplement continué sous les ordres des Etats-Unis, la guerre anticommuniste qu'il a mené sous les ordres de Hitler.

Les livres Blowback de Christopher Simpson et The Belarus secrets de John Loftus, quoique anti-communistes, montrent que des milliers de criminels de guerre fascistes ont été engagés au cours des années 1944-1953 par les Etats-Unis pour le combat contre l'Union Soviétique. Ces anciens nazis allemands, ukrainiens, lettons, russes, etc. ont joué un rôle crucial pendant la guerre froide. Parmi eux, certains des plus grands criminels nazis comme Klaus Barbie, Alois Brunner, tenu responsable de la mort de 130.000 personnes, Otto von Bolschwig, l'adjoint de Eichmann...

3. Les Etats-Unis préparaient effectivement la guerre contre la puissance socialiste qui avait vaincu le fascisme... La directive du Conseil de Sécurité Nationale des Etats-Unis N° 20/1 du 8 août 1948 déclarait: «Les objectifs des USA par rapport à la Russie ... reviennent en essence à ... ramener au minimum la puissance et l'influence de Moscou.» Les USA ont élaboré le plan «Fleetwood», adopté le 1e septembre 1948. Ce plan situait le début de la guerre contre l'URSS avant le 1e avril 1949. Ensuite, l'administration américaine adopta le plan «Trojan» qui prévoyait des actions militaires à partir du 1e janvier 1950 et l'usage de 300 bombes atomiques contre 100 villes soviétiques...

4. En Corée, les forces nationalistes et communistes avaient vaincu les armées d'occupation japonaises avec l'aide des armées de Mao Zedong et le soutien de l'Union Soviétique. Les Américains ont alors débarqué dans la partie sud de la Corée, ils ont sorti des prisons les anciens collaborateurs fascistes pour créer une république sud-coréenne dirigée par des laquais à leur solde.

5. National Security Strategy of the U.S., September 2002

6. Remarks by the President, United States Military Academy , West Point, New York, 1 june 2002 http://www.whitehouse.gov/news/releases/2002/06/20020601- 3.html

[LMLQ vol. 34 no. 50]

[Retour]
 

[ Retour à la page d'accueil | Archives du quotidien ]

Ce site Web est géré par le Parti communiste du Canada (marxiste- léniniste)
Courriel: bureau@cpcml.ca
Veuillez aviser le webmaster@cpcml.ca de tout problème technique avec ce site.